AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
jeudi 30 mai 2024
Accueil / Actualités / Actu' Tunisie / Loi de Finances 2024 : Les nouvelles mesures pour booster l’agriculture en Tunisie
Irrigation
Irrigation - photo : DR

Loi de Finances 2024 : Les nouvelles mesures pour booster l’agriculture en Tunisie

Pour répondre aux défis agricoles, et notamment la raréfaction de l’eau, la Tunisie prend des mesures.

Le gouvernement tunisien déploie une série de mesures visant à soutenir le secteur agricole et hydrique, avec un accent sur l’agriculture, dans le cadre de la loi de Finances 2024, actuellement en discussion à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).

Tout d’abord, le gouvernement maintient l’avantage de la prise en charge de la variation du taux d’intérêt sur les crédits saisonniers destinés aux petits agriculteurs. Cette initiative s’inscrit dans la continuité des dispositions du décret n°79 de 2022, relatif à la loi de finances 2023. Elle consiste à couvrir la différence entre le taux imposé sur les prêts saisonniers pour les grandes cultures et le taux d’intérêt du marché monétaire, à hauteur de 3 points, pour les saisons 2023-2024 et 2024-2025.

Ces prêts, accordés par les banques avec une marge maximale de 3,5%, sont destinés aux petits céréaliculteurs. Le gouvernement a fixé le montant du prêt saisonnier à 50 000 dinars par agriculteur, avec un prêt complémentaire de 15 000 dinars. De plus, il a débloqué 2,5 millions de dinars de ses ressources budgétaires et ouvert un compte spécial à la Banque centrale de Tunisie (BCT) pour faciliter l’accès des petits céréaliculteurs au financement. Ces mesures visent à soulager les agriculteurs, qui font face à des défis majeurs tels que la sécheresse, le stress hydrique et les difficultés d’accès aux prêts bancaires pour leurs activités.

En ce qui concerne l’approvisionnement en matières fourragères, le gouvernement propose d’exempter les droits de douane sur l’importation de foins, tout en imposant une TVA de 19%. Il prévoit également de réduire les droits de douane sur la matière d’ensilage à 10%, tout en maintenant la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Ces mesures visent à remédier à la pénurie de ces substances, à décourager la vente de cheptel, à encourager l’élevage, en particulier celui des vaches, et à promouvoir la production laitière nationale pour assurer l’approvisionnement du marché.

Pour finir par rapport à l’approvisionnement en eau, le gouvernement prolonge le financement de la construction des « Majel », destinés au stockage de l’eau de pluie, avec une allocation supplémentaire de 2 millions de dinars pour une année supplémentaire, jusqu’au 31 décembre 2024. Cette prolongation est soumise à certaines exigences, notamment la nécessité de posséder une habitation individuelle. L’objectif de cette mesure est de soutenir les efforts de l’État pour trouver des solutions appropriées en matière d’économie de l’eau, en encourageant la réalisation des Majel pour faire face à la rareté de l’eau, préserver les ressources hydrauliques et lutter contre le stress hydrique causé par le manque de précipitations.

Partager

Regardez aussi

Agriculture biologique

Les exportations agricoles bio tunisiennes en croissance

Selon les derniers chiffres publiés par l’Observatoire National de l’Agriculture (ONAGRI), les recettes issues de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *