AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
jeudi 18 juillet 2024
Accueil / Actualités / Actu' Tunisie / Création de l’Office national des fourrages tunisien
Cereales
Cereales - ph : DR

Création de l’Office national des fourrages tunisien

Un nouveau départ pour l’agriculture tunisienne : Création de l’Office national des fourrages.

Dans un Conseil des ministres qui s’est tenu au palais du gouvernement à La Kasbah le 4 janvier 2024, présidé par le chef du gouvernement, Ahmed Hachani, et en coordination avec le président de la République, Kaïs Saïed, des décisions cruciales ont été prises pour renforcer le secteur agricole en Tunisie.

Lors de cette réunion, Ahmed Hachani a souligné l’importance de l’harmonisation des actions du gouvernement, l’intensification des efforts administratifs, et l’accélération du rythme des réalisations dans tous les domaines, selon un communiqué de la présidence du gouvernement.

Parmi les décisions phares de ce Conseil des ministres, plusieurs projets de lois et décrets ont été approuvés, marquant un nouveau chapitre pour l’agriculture tunisienne. Notamment, un projet de loi portant approbation de l’accord sur le siège en Tunisie du Fonds qatari de développement (FQD) a été adopté. De plus, un projet de décret a été approuvé, annonçant la création de l’Office national des fourrages (ONF), ainsi que son organisation administrative, financière et sa gestion.

L’initiative de créer l’ONF a été motivée par des défis cruciaux liés à l’approvisionnement en fourrages, des perturbations dans le système de distribution, et des problèmes associés à la production locale de fourrages. Cette nouvelle entité jouera un rôle essentiel dans la régulation et la gestion des ressources nationales, en particulier en ce qui concerne les besoins en fourrages pour le bétail.

L’ONF aura cinq missions principales, selon les informations divulguées lors de la réunion du Conseil des ministres :

1. Contribuer à la régulation des stratégies nationales et sectorielles pour promouvoir les ressources et leur gestion.
2. Réguler et fournir les besoins annuels en fourrages pour le bétail.
3. Produire, fournir, distribuer, commercialiser, et constituer des stocks stratégiques, tout en réalisant des interventions nécessaires pour ajuster le marché.
4. Contribuer à la réalisation d’études techniques et économiques liées au système d’alimentation animale, y compris les estimations des coûts de production.

Lire aussi : Les exportations céréalières russes vers la Tunisie atteignent un nouveau pic de 412 000 Tonnes

Cependant, la concrétisation de ces missions dépendra de la publication des décrets d’application, laissant la population en attente de savoir quand l’ONF entrera en vigueur. Une attente qui témoigne de l’anticipation et de l’enthousiasme suscités par cette nouvelle étape pour le secteur agricole tunisien.

Partager

Regardez aussi

L’Algérie et le Maroc dans le top des pays arabes possédant le plus de bétail en 2024

Selon le site “World Population Review” le classement des pays arabes possédant le plus de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *