AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
jeudi 18 juillet 2024
Accueil / Actualités / Actu' Tunisie / Un avenir incertain pour les cadres et ingénieurs du Centre National des Études Agricoles
Ferme Sidi Bouali
Ferme Sidi Bouali - ph illustration : TAP

Un avenir incertain pour les cadres et ingénieurs du Centre National des Études Agricoles

Dans un contexte qui rappelle étrangement la situation tumultueuse vécue par la Snipe en début d’année 2023, c’est désormais le Centre National des Études Agricoles (Cnea) qui se retrouve sous les feux des projecteurs. Des informations alarmantes laissent entendre que les cadres et ingénieurs de cet organisme font face à des difficultés professionnelles et sociales majeures, plongeant leur avenir dans un flou préoccupant.

Selon des sources internes à l’Ugtt (Union Générale Tunisienne du Travail), les cadres et ingénieurs du Cnea auraient récemment traversé des moments difficiles en raison de l’incertitude planant sur leur avenir, ainsi que sur celui du centre agricole. L’information a été communiqué par le site LaPresse.tn et précise que la situation semble être exacerbée par le non-paiement des salaires du mois de janvier 2024, ainsi que l’absence de versement des quatre tranches de la prime de production au titre de l’année 2023, du 13e mois, et des primes de transport pour la période 2022-2023.

Il est essentiel de souligner l’importance stratégique du Cnea en tant qu’acquis majeur pour l’avenir de l’agriculture. Le centre joue un rôle crucial en fournissant des études potentiellement moins coûteuses que celles proposées par des bureaux d’études privés. L’incertitude qui entoure actuellement le Cnea suscite des inquiétudes quant à sa capacité à continuer de remplir efficacement son rôle clé dans le secteur agricole.

Cette situation préoccupante souligne la nécessité d’une intervention urgente pour résoudre les problèmes financiers qui affectent le Cnea et, par extension, les professionnels qui y travaillent. Les conséquences potentielles de cette crise ne se limitent pas seulement à l’impact sur les employés, mais risquent également d’influer sur la qualité des services fournis par le centre, compromettant ainsi l’avancée du secteur agricole.

En l’absence de mesures correctives immédiates, l’avenir du Centre National des Études Agricoles demeure incertain, laissant dans l’ombre les espoirs d’un secteur agricole soutenu par des études fiables et abordables. La communauté agricole et les acteurs gouvernementaux sont désormais appelés à agir rapidement afin de préserver cet atout stratégique et assurer la stabilité professionnelle des cadres et ingénieurs du Cnea.

Partager

Regardez aussi

L’Algérie et le Maroc dans le top des pays arabes possédant le plus de bétail en 2024

Selon le site “World Population Review” le classement des pays arabes possédant le plus de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *