×
AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
dimanche 25 septembre 2022
Accueil / Actualités / Actu internationales / La Russie cible la Tunisie pour ses exportations
Cereales
Cereales - ph : DR

La Russie cible la Tunisie pour ses exportations

Un plan d’affaires pour le développement des exportations des principaux produits agricoles

Le Centre fédéral Agroexport du ministère russe de l’Agriculture pour le développement des exportations agroalimentaires, en étroite collaboration avec Trust Technologies et la communauté des experts commerciaux, a élaboré un plan d’affaires pour le développement des exportations des principaux produits agricoles (céréales, produits laitiers, beurre, viande et produits de confiserie) marchés prometteurs des pays africains.

L’objectif du projet est de préparer un modèle axé sur la pratique pour augmenter l’offre et améliorer la compétitivité des produits agricoles russes sur le marché africain.

Selon le rapport d’activité, cinq pays africains ont été identifiés et choisis comme marchés cibles pour la livraison des produits agricoles. La liste comprend notamment l’Angola, du Cameroun, de l’Éthiopie, du Ghana, du Kenya, de Maurice, du Nigéria, de la Tunisie et de l’Afrique du Sud.

Ces pays représentent 40% de la population du continent et un tiers de toutes les importations africaines de produits agricoles. Selon ITC Trade Map, le volume total des importations de produits agricoles dans ces pays en 2021 s’élevait à près de 33 milliards de dollars.

Les céréales russes sont compétitives sur les marchés des pays africains cibles et sont déjà demandées. Dans le même temps, les cultures céréalières ont un fort potentiel en raison de l’augmentation attendue de leurs achats. En raison d’une population croissante et de possibilités limitées d’augmenter la production nationale, les importations de céréales devraient augmenter de 8 millions de tonnes entre 2021 et 2030.

Les pays africains étudiés ensemble importent plus de 1,3 million de tonnes de produits carnés par an. Les leaders en volume des importations sont l’Afrique du Sud, le Ghana et l’Angola. Rien qu’au Nigéria et au Kenya, le marché de la boulangerie a connu une croissance annuelle moyenne de 38 % au cours des 5 dernières années.

Dans le cadre du concept d’entreprise, un autre domaine stratégique est l’approfondissement de la coopération dans le commerce des produits pétroliers, principalement des huiles végétales. Depuis 2016, les importations de pétrole dans les pays cibles ont augmenté deux fois plus vite que les importations agricoles dans leur ensemble, et d’ici 2025, les ventes de pétrole aux pays cibles augmenteront encore de 67 %.

« Les analystes estiment que la consommation de produits carnés devrait augmenter dans de nombreux pays du continent africain. Et tandis que la viande de volaille représentera l’essentiel de la croissance en tant que viande la plus abordable et la plus avancée sur le plan technologique, la croissance organique sera également observée dans tous les autres types de viande », a déclaré Konstantin Korneev, directeur exécutif de Rincon Management, cité dans le rapport.

Selon les estimations, l’offre potentielle de produits carnés de Russie aux pays africains prioritaires d’ici 2030 pourrait atteindre 148 000 tonnes. Il existe également un potentiel d’augmentation de l’offre de produits laitiers russes. Le premier produit laitier pour lequel des approvisionnements stables en provenance de Russie ont été établis était la crème glacée. Cependant, des opportunités importantes s’ouvrent pour les expéditions de lait en poudre, de lactosérum, de fromage et de beurre, ont déclaré des experts.

Selon les prévisions, le déficit laitier en Afrique en 2025 passera à 12,9 millions de tonnes (en équivalent lait) contre 8,9 millions de tonnes en 2019. En 2030, il atteindra 17 millions de tonnes. L’Afrique importe actuellement pour 4,8 milliards de dollars de produits laitiers, les pays cibles faisant partie des 20 principaux importateurs.

Quant à l’approvisionnement en produits alimentaires finis, les experts estiment que pour une présence à long terme en Afrique, le scénario optimal est de localiser la production pour répondre aux besoins du marché. L’Afrique du Sud, le Ghana et le Kenya sont identifiés comme pays prioritaires pour ce scénario. Le volume de consommation de produits alimentaires finis dans les pays cibles dépasse 29 milliards de dollars par an.

« Le continent africain est une zone intéressante et prometteuse pour le développement des exportations alimentaires russes. Cependant, lorsque l’on travaille sur ce marché, il est important de prendre en compte un certain nombre de facteurs : fortes différences dans le niveau de bien-être de la population, instabilité politique dans certains pays, réglementation étatique des prix pour un certain nombre de biens, etc., » Le chef d’Agroexport, Dmitry Krasnov, a été cité dans le communiqué.

Selon l’explication de Krasnov, les matériaux du concept peuvent aider les entreprises russes à déterminer les pays prioritaires pour l’organisation des approvisionnements et à choisir la plage de concentration en tenant compte des particularités du marché.

Dans un développement connexe, le ministère russe de l’Industrie et du Commerce a dressé une liste de zones économiques spéciales (ZES) dans des pays amis où les entreprises russes pourraient potentiellement mettre en place une production malgré les sanctions et l’a envoyée aux associations professionnelles.

Le ministère a décidé de compiler la liste en raison des sanctions imposées par des pays « inamicaux » et des difficultés d’achat de matières premières, de composants et d’équipements importés qui sont utilisés par les fabricants russes, indique la lettre.

« Grâce au travail du ministère de l’Industrie et du Commerce avec les missions commerciales russes à l’étranger, des informations ont été compilées sur les zones économiques spéciales dans les pays amis (95 sites potentiels). Des informations sur les sites à l’étranger ont été transmises aux principales entreprises industrielles et associations professionnelles russes », a déclaré le ministère.

« La localisation de la production dans les domaines suivants est envisagée : ingénierie des transports, équipements énergétiques, matériaux de construction, produits chimiques, etc. », a indiqué le ministère.

Regardez aussi

Lait

UTAP : Augmenter le prix du lait d’environ un dinar pour sauver le secteur laitier

L’augmentation du prix du lait de 800 millimes au minimum est salutaire pour le secteur …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.