AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / 276 MD pour améliorer la gestion des eaux usées
eau
Eau - ph : DR

276 MD pour améliorer la gestion des eaux usées

La Tunisie et la BAD signent une convention de financement de 276 MD pour améliorer la gestion des eaux usées.

Un pas significatif vient d’être franchi dans la gestion durable de l’eau en Tunisie avec la signature d’une convention de financement d’une valeur de 276 millions de dinars entre la Tunisie et la Banque africaine pour le développement (BAD). La ministre de l’Economie et de la planification, Feriel Ouerghi, et la directrice générale adjointe du bureau régional de la BAD en Tunisie, Malinne Blomberg, ont paraphé l’accord ce mercredi 31 janvier 2024, en présence de la ministre de l’Environnement, Leila Chikhaoui.

Le financement, d’une valeur de 81,9 millions d’euros, vise à soutenir le Projet d’Amélioration de la Qualité des Eaux Épurées pour une Meilleure Résilience aux Changements Climatiques (PAQEE-RCC). Ce projet ambitieux a pour objectif principal l’irrigation de 3000 hectares de terres agricoles, l’amélioration des conditions de vie de plus de 670 000 citoyens répartis dans les 11 gouvernorats concernés, ainsi que la création de 250 emplois directs et 1000 emplois indirects.

Le PAQEE-RCC se concentre sur le renouvellement des équipements électromécaniques et l’intégration de l’énergie photovoltaïque dans 19 stations d’épuration réparties dans les gouvernorats de Nabeul, Zagouan, Béja, Jendouba, Kasserine, Sidi Bouzid, Sfax, Gafsa, Tozeur, Kébili et Médenine.

Un aspect essentiel de ce projet est son alignement sur les principes de l’économie circulaire. En favorisant la réutilisation des eaux usées traitées, le projet contribuera à améliorer le bilan hydrique du pays face aux défis posés par les changements climatiques.

Selon les déclarations de Malinne Blomberg, directrice générale adjointe du bureau régional de la BAD en Tunisie, la situation hydrique actuelle a eu des répercussions socioéconomiques considérables. Elle souligne que, malgré les avancées, la réutilisation des eaux usées traitées ne dépasse actuellement pas les 10%. En investissant dans des projets tels que le PAQEE-RCC, la Tunisie vise à développer les énergies renouvelables et à réduire les coûts d’exploitation.

Le projet prévoit également l’installation de 13 systèmes d’énergie solaire photovoltaïque au niveau des systèmes de traitement, avec une capacité totale d’environ 6000 kilowatts. Cette initiative devrait non seulement contribuer à l’autosuffisance énergétique des stations d’épuration, mais également encourager le développement des énergies renouvelables dans le pays.

Il est important de noter que la Tunisie dispose actuellement de seulement 125 stations d’épuration, traitant annuellement environ 290 millions de mètres cubes d’eau, dont seulement 20% sont réutilisés. Le PAQEE-RCC représente ainsi une étape cruciale vers une gestion plus efficiente des ressources hydriques du pays.

Pour rappel les réserves hydriques des barrages en Tunisie atteignent 769 millions de mètres cubes.

Partager

Regardez aussi

Gabès : Une croissance de 37% dans les exportations de primeurs géothermiques

Dans un développement significatif pour le secteur agricole, les exportations de primeurs issues de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *