×
AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
dimanche 25 septembre 2022
Accueil / Actualités / Actu' Tunisie / Une quarantaine d’agriculteurs tunisiens veut pérenniser le ‘’ramli’’
Ramli Tunisie
photo : FAO

Une quarantaine d’agriculteurs tunisiens veut pérenniser le ‘’ramli’’

Dans le nord de la Tunisie, à Ghar El Melh, une quarantaine d’agriculteurs veulent perpétuer une technique agricole ancienne qui se fait sur le sable.

Le ramli est une méthode agricole traditionnelle qui date du 16ème et du 17ème siècle. Pratiquée sur le sable, elle est encore d’actualité aujourd’hui, au nord de la Tunisie, à Ghar El Melh, où elle se fait par une quarantaine d’agriculteurs.

En effet, cette quarantaine d’agriculteurs, basée à Ghar El Melh, dans le nord de la Tunisie, veulent perpétuer cette agriculture ancienne, également connue sous le nom de gattaya, et dont la technique agricole sur le sable remonte à une histoire lointaine, voire du 16ème et du 17ème siècle, à une époque où les Andalous régnaient dans le pays.

Ainsi, préservée depuis des siècles, le ramli repose principalement sur une couche de sable de taille moyenne, humectée, et assez compacte. Cette couche moyenne de sable permet des phénomènes naturels très particuliers. Alors que l’eau de pluie descend les collines et atteint l’eau salée de la lagune voisine, l’eau douce se suspend grâce au système d’écoulement fourni par les courants de marée, nourrissant les racines des fruits et légumes semés dans la couche de sable.

En fait, dans ce système très fragile et exceptionnel au monde, c’est comme si l’eau, venant de la mer, aidait l’eau douce à humidifier et alimenter les plantes. C’est alors que l’un des actuels pratiquants de cette méthode, Ali Garci, explique. “C’est le secret de cette agriculture, un secret qu’on trouve seulement en Tunisie. Pour cette raison, la région de gattaya de Ghar El Melh est certifiée Sipam. Sipam signifie ‘système ingénieux du patrimoine agricole mondial’ “. Sipam est une désignation dédiée au ramli, gérée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Le ramli, une technique agricole menacée de disparition 

Se confiant à Franceinfo, Ali, un agriculteur, dit rencontrer de nombreuses difficultés pour cultiver des fruits et des légumes avec la technique du ramli. Il montre que ses pommes de terre produites sont mauvaises. Elles sont devenues jaunes parce qu’elles ne pouvaient pas être arrosées suffisamment. En effet, un bloc de sable est venu boucher le couloir naturel entre le lagon et la mer, près de la terre d’Ali, empêchant le bon fonctionnement du système fluvial. L’augmentation des eaux menace également sa terre.

Les problèmes d’Ali ne sont pas tout. Le vent souffle sans s’arrêter, et il n’a pas plu pendant quatre années consécutives. En plus, il y a maintenant des constructions sur les terres fertiles en bordure de mer, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Ainsi, parce que les produits issus du ramli sont naturels avec un goût particulier, Ali demande encore de l’aide pour préserver ce concept agricole.

L’agriculture dans les sols sablonneux ne peut pas se faire avec des tracteurs ou d’autres outils trop agressifs contre les sols sableux. Il faut donc réduire les ressources et prêter une attention constante.

Aujourd’hui encore, sur environ 200 hectares, une quarantaine d’agriculteurs pratiquent la méthode ramli. Alors, y a-t-il un espoir de voir cette technique agricole se pérenniser dans le temps ? Parce que des agriculteurs à l’image d’Ali se battent, non seulement pour la maintenir en vie, mais pour la transmettre à la jeune génération, on peut alors répondre par l’affirmative.

Regardez aussi

Lait

UTAP : Augmenter le prix du lait d’environ un dinar pour sauver le secteur laitier

L’augmentation du prix du lait de 800 millimes au minimum est salutaire pour le secteur …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.